logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

30/09/2012

LE CHÂTEAU DE LA PALICE

Visite du 26 septembre 2012


Le Château se situe dans la ville de LAPALISSE (Allier - région Auvergne) , commune d'environ 3200 habitants (ils se nomment les Lapalissois et les Lapalissoises)  située à 25 km de Vichy, sur la RN 7 entre Moulins et Roanne.

Château, Lapalisse

 

DSCN9406.JPG


Bâtie entre le XIème et le XIIIème siècle, la partie féodale du château fût acquise par Jacques Ier de Chabannes en 1430.


Les salons entièrement meublés abritent de nombreux souvenirs historiques. Les plafonds à caissons rehaussés d'or et de couleurs sont particulièrement remarquables.


 

DSCN9419.JPG

 

plafond, château

 

DSCF6232.jpg

 

DSCN9416.JPG

 

DSCN9422.JPG

 

DSCN9423.JPG



L’histoire de Jacques II de Chabannes La Palice est connue internationalement grâce aux fameuses vérités. Mort durant le siège de Pavie en 1524, les troupes de Jacques II de Chabannes rendent hommage à leur Seigneur et Maréchal de France, en chantant quelques vers :

"La Palice est mort… S’il n’était pas mort, il ferait encore envie " : mais le "f " a été déformé au cours du temps en "s" et la phrase devint "il serait encore en vie"… La première lapalissade était née.

 

Il mourut le vendredi, le dernier jour de son âge;
S’il fût mort le samedi, il eût vécu davantage.

De cette expression est sorti le mot “lapalissade” qui désigne une évidence.

L’orthographe de lapalissade provient du nom moderne de la ville de Lapalisse qui abrite le château historique de Jacques de La Palice.

Chanson de La Palisse  (extrait)   - Paroles de Bernard de la Monnoye-

Messieurs, vous plaît-il d’ouïr
L’air du fameux La Palisse ?
Il pourra vous réjouir
Pourvu qu’il vous divertisse.

La Palisse eut peu de bien
Pour soutenir sa naissance,
Mais il ne manqua de rien
Dès qu’il fut dans l’abondance.

Bien instruit dès le berceau,
Jamais, tant il fut honnête,
Il ne mettait son chapeau,
Qu’il ne se couvrît la tête.

Il était affable et doux,
De l’humeur de feu son père,
Et n’entrait guère en courroux
Si ce n’est dans la colère.

Il buvait tous les matins,
Un doigt, tiré de la tonne,
Et mangeant chez ses voisins,
Il s’y trouvait en personne.

Il voulait aux bons repas
Des mets exquis et fort tendres,
Et faisait son Mardi Gras,
Toujours la veille des Cendres.

 

On raconte, que jamais
Il ne pouvait se résoudre
À charger ses pistolets,
Quand il n’avait pas de poudre.

On ne le vit jamais las,
Ni sujet à la paresse :
Tant qu’il ne dormait pas,
On tient qu’il veillait sans cesse.

Un beau jour, s’étant fourré
Dans un profond marécage,
Il y serait demeuré,
S’il n’eût pas trouvé passage.

Il fuyait assez l’excès ;
Mais dans les cas d’importance,
Quand il se mettait en frais,
Il se mettait en dépense.

C’était un homme de cœur,
Insatiable de gloire ;
Lorsqu’il était le vainqueur,
Il remportait la victoire.

etc.............


Chevet de la chapelle Saint-Léger construite contre enceinte du château du XIIIe siècle

DSCN9407.JPG


Cette chapelle devait par la suite servir de tombeau aux membres de la famille Chabannes. Un gisant représente Jacques Ier près de sa femme.


Le château abrite également une collection de drapeaux des nations rassemblés par l'Association du Souvenir de Monsieur l'abbé Déret.

 

DSCF6256.jpg



13/09/2009

THIERS : capitale de la coutellerie

DSCN3559.jpg

Thiers est une commune  située dans le Puy-de-Dôme et la région AUVERGNE

Elle est l'une des quatre sous-préfectures  du département avec Ambert, Issoire et Riom . Les habitants  sont appelés  Bitords ou Thiernois.

Thiers est la capitale française de la fabrication du couteau , avec près de cent entreprises dans ce domaine et un musée de la coutellerie qui lui est dédié. Plus des deux tiers des couteaux  utilisés en France pour la poche, la cuisine ou la table sont fabriqués par des entreprises thiernoises. C'est un savoir-faire jalousement gardé depuis cinq siècles.


La géographie de Thiers est marquée par son étagement le long des collines escarpées surplombant la vallée de la Durolle. Le dénivelé important fournissait la force hydromotrice nécessaire à l'émouture des couteaux

La commune de Thiers est adhérente du Parc naturel régional Livradois-Forez.

Panorama.jpg

 

 

Je vous invite à feuilleter l'album-photos ci-contre

 


28/11/2007

THIERS - Capitale de la Coutellerie

Thiers, ville médiévale et coutelière du Livradois-Forez, construite sur un éperon rocheux en bordure de La Durolle où la vallée dès le début du XIVe siècle a vu s'installer des industries grâce à l'essor des techniques

medium_Thiers.jpg


La ville vue sous différents angles, dit-on, nous ne pouvons qu'en voir le tiers
medium_DSCN3551.jpg



Un contraste frappant entre le coeur de la ville haute, avec ses rues étroites, sinueuses et en pente avec ses maisons à colombages et tourelles
medium_Thiers_002.jpg


et la ville nouvelle aérée qui s'étale dans la plaine en direction de Clermont et de Vichy.
medium_DSCN3422.jpg


Il faut se promener dans ses rues et découvrir les maisons moyennageuses :
La Place du Pirou avec Maison du Pirou (XVe siècle) devant laquelle était rendue la justice
Elle fut aménagée par le Duc de Bourbon.

medium_DSCN3383.jpg


medium_DSCN3384.jpg


medium_DSCN3385.jpg


medium_DSCN3404.jpg


medium_DSCN3399.jpg


medium_DSCN3400.jpg


medium_DSCN3401.jpg


medium_DSCN3402.jpg


La maison des sept pêchés capitaux :
medium_DSCN3403.jpg


medium_DSCN3405.jpg



Sur les bords de la Durolle

medium_DSCN3548.jpg


medium_DSCN3546.jpg


Ici, au "Creux de l'Enfer", les anciennes usines
medium_DSCN3550.jpg


medium_DSCN3549.jpg


Thiers aiguise depuis cinq siècles l'art de la coutellerie.
Au XVIème siècle, on comptait déjà cent soixante-dix maîtres couteliers. Aujourd'hui, cette ville étagée à flanc de ravin, où François Truffaut tourna "L' Argent de poche", produit encore 70% des couteaux, rasoirs, ustensiles de cuisine, matériel chirurgical et autres objets tranchants. Un thiernois sur trois travaille pour ou autour du couteau, dans cent quatre-vingt-douze entreprises, dont 70% sont restées artisanales. Du laguiole au bijou d'or et de nacre, en passant par le couteau de berger. Thiers ne se laisse pas endormir. En 1994, la ville a créé son propre couteau, le Thiers, pour damer le pion au fameux laguiole et le festival du couteau d'art organisé chaque année en avril est toujours populaire.

En voici les vitrines

medium_DSCN3407.jpg


medium_DSCN3410.jpg


medium_DSCN3406.jpg


Le patrimoine architectural : portes, églises, chapelle
medium_DSCN3408.jpg


medium_DSCN3413.jpg


medium_DSCN3414.jpg


medium_DSCN3417.jpg


L'église de Saint-Genès date du XIIe siècle, à l'image des églises gothiques tombées en ruine, elle fut reconstruite au cours du dix-neuvième siècle suite au grand mouvement nationaliste de remettre sur pied tous les chefs d'oeuvres des époques romanes et gothiques. Ainsi l'église Saint-Genès de Thiers fut quelque peu remodelée, et l'on mit en avant sa coupole, un des rares exemples de coupoles datant du douzième siècle sur une église romane et édifiée sur le modèle de la proto église, celle de Saint-Pierre de Rome, mais aussi sur le modèle de l'église de Ravenne. Cette coupole est d'ailleurs la plus grande d'Auvergne sur un édifice roman.

medium_DSCN3557.jpg


medium_DSCN3388.jpg


medium_DSCN3390.jpg


medium_DSCN3391.jpg


medium_DSCN3389.jpg


medium_DSCN3396.jpg



Il y aura des ajouts à cette note !!
Merci de patientez

07/08/2007

CHATEAUGAY

Anciennement nommé Vigoche, Châteaugay est un village vigneron où son château du XIVe siècle domine depuis son plateau basaltique, la plaine de La Limagne.

Les coteaux environnants produisent des vins renommés "Côtes d'Auvergne" et "Vin d'Auvergne".

On va dire que Charle VI et Henri IV en appréciaient la saveur parfumée rappelant celle du Beaujolais !!

Le Château construit au 14e siècle pr Pierre de Giac, chancelier de France, a connu des amours tragiques.
A la veille de la Révolution, La Fayette vint y préparer "les réformes" avec son ami le marquis de Châteaugay !

La première église de Châteaugay fut la chapelle du château, construite en 1385, à seul usage seigneurial.  C’est probablement Madeleine de Châteauneuf qui dédia la chapelle à Sainte Madeleine.

medium_DSCN2590.jpg

 

medium_DSCN2588.jpg



Suivez moi jusqu'au Château ensuite au Caveau

medium_DSCN3237.jpg


medium_DSCN3228.jpg

 

medium_DSCN3235.jpg

 

medium_DSCN3233.jpg



L' auberge
medium_DSCN3229.jpg


La cour intérieure

medium_DSCN3232.jpg



La porte qui mène au donjon

medium_DSCN3227.jpg



Celle du Caveau
medium_DSCN3230.jpg

Allez.... un petit verre avec nous, un vin de paille servi en apéritif !!

medium_DSCN3231-1.jpg



Le vin de Châteaugay se boit

medium_DSCN3223.jpg

le matin pur
à midi sans eau
et le soir nature

Le vin fait du bien aux hommes, quand les femmes le boivent
medium_DSCN3224.jpg



Le bon vin fait parler LATIN

medium_DSCN3225.jpg




D'abord, nous trinquons pour boire et puis nous boirons pour trinquer

medium_DSCN3226.jpg



Un repas sans vin est une journée sans soleil

medium_DSCN3573.jpg



On ne boit point pour se désaltérer, mais pour se donner soif

medium_DSCN3574.jpg



A votre santé !!


La décoration très rustique du caveau :

D'abord le petit carrousel en musique :


Manège miniature
Vidéo envoyée par Danie63


medium_DSCN3575.jpg


medium_DSCN3577.jpg


medium_DSCN3578.jpg





L' église

medium_DSCN3234.jpg



et la sortie...... attention, ce n'est pas très large !!
medium_DSCN3236.jpg

Pour CRABILLOU, CHRISTIAN et les autres.....

le vin dont je vous parle n'est pas un simple gros rouge ou un décapant rosé, mais tout simplement un vin d'apéritif appelé "vin de paille"17°, qui est fabriqué avec des vendanges tardives.
Il faut juste aller le déguster pour l'apprécier.
Point trop quand même car les gardiens de la route surveillent !!!!

09/06/2007

Saint-Santin

Saint Santin se situe à la limite du Cantal et de l'Aveyron , c'est un village unique pour sa double identité : Saint Santin d'Aveyron (Aveyron) et
Saint Santin de Maurs (Cantal).

La commune de Saint Santin est double: Saint Santin de Maurs (Cantal) et Saint Santin (Aveyron). la division est ancienne, les deux communes sont issues de deux provinces: Auvergne et Rouergue. La carte de Cassini (18e) montre déjà deux communes dont Saint Santin des morts. Il est probable qu'elles étaient séparées par un isoglosse: d'un côté la langue auvergnate, de l'autre l'occitan. Elle posséde deux églises, l'une romane (Cantal), l'autre du 19e; deux mairies, deux écoles,et un seul monument aux morts sur la frontière qui comporte une face pour le Cantal et l'autre pour l'Aveyron.

medium_st_santin.jpg


Ainsi, on y découvre deux architectures différentes.

Ici les deux églises (Notre Dame dans le Cantal et St Pierre dans l'Aveyron),

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique