logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

01/12/2008

Livre : L' USINE à GOSSES

Ecrit par André PICOT, instituteur dans la banlieue de Paris. (Un livre retrouvé dans une vieille malle dans un grenier)

Depuis dix ans, chaque rentrée scolaire lui amène sa cargaison de têtes blondes ou brunes, sa petite armée de cancres, de timides, d'effrontés et de rares bons élèves.

Comme il les aime, ces gosses, il a noté tout ce qu'ils ont dit de drôle ou d'émouvant, d'inénarrable ou de déchirant ; car tout n'est pas drôle à la communale.

Cela a donné un récit d'année scolaire, en cinquante courts récits.

Vous sourirez avec attendrissement à l'histoire de "la rentrée" et de celui-qui-ne-voulait-pas-aller-à-l'école
.


(Un petit chapitre de ce livre publié de temps en temps sur mon blog, pour revivre le temps jadis !!) Vous ferez la dictée avec la classe des "grands" ; vous réapprendrez comment il faut demander à "sortir" et vous vous esclafferez en constatant les joyeux résultats de la "méthode globale".

Cette année scolaire-là passera tellement vite que vous arriverez, sans vous en être aperçus, à la "visite de l'inspecteur" et à la "distribution des prix".



Vous constaterez alors, avec étonnement et tendresse, que vous êtes redevenu pour quelques heures, un garçonnet en culottes courtes barbouillé d'encre,

medium_eleves-02.3.gif



ou une petite fille aux nattes enrubannées
medium_marelle_NB.gif



Et vous aimerez encore plus, après, ces chers petits diables qui emplissent si bien notre univers.

demain pour le 1er chapitre...........

19:00 Publié dans L'Usine à Gosses | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Livre, école

25/08/2007

C'est bientôt la rentrée

Nos bambins et ados vont reprendre le chemin de l'école :

medium_ecolier14.gif




Perles d'écoliers français



Dans la phrase – " Le voleur a volé les pommes ", où est le sujet?
Réponse:" En prison. "

Le futur du verbe " je baille " est " je dors ".

L'eau potable est celle que l'on peut mettre dans un pot.

L'oiseau migrateur est appelé ainsi car il ne peut se gratter que la moitié du dos.

La nuit, pour éviter les moustiques, il faut dormir avec un mousquetaire.

La peau de la vache sert à garder la vache ensemble.

Le chat a quatre pattes : deux devant pour courir, deux derrière pour freiner.

On dit chevaux quand il y a plusieurs chevals.

Qui a été le premier colon en Amérique?
Réponse: Christophe.

Raphaël a peint les frasques du Vatican.

À la fin les soldats en ont assez d'être tués.

La nuit tombée, le renard s'approcha à pas de loup.

L'institutrice: " Quand je dis: je suis belle, quel temps est-ce? "
L'élève répond: " - Le passé madame.
"


medium_ecolier16.gif


medium_ecolier1.gif

08/06/2007

Effiat et ses lavoirs

Effiat une commune de 752 habitants à quelques kilomètres d'Aigueperse.
La Commune est composée du bourg et de 3 villages : Denone, Le Berthueix et Olhat.

Effiat est célèbre par son château

Empruntons l'allée qui mène au portail

medium_DSCN2401.jpg


medium_DSCN2402.jpgmedium_DSCN2403.jpg


Son Eglise
medium_DSCN2399.jpg


Les fonts baptismaux
medium_DSCN2400.jpg


La Mairie
medium_DSCN2408.jpg


L'école communale qui a gardé son cachet d'antan
medium_DSCN2411.jpg




Ses lavoirs

Deux circuits pour découvrir le patrimoine et plus particulièrement les lavoirs
medium_DSCN2404.jpg
medium_DSCN2405.2.jpg


medium_DSCN2414.jpg

Le lavoir du Pré Lissard
medium_DSCN2413.jpg



Les deux étangs de La Motte

medium_DSCN2416.jpg

medium_DSCN2417.jpg


Site buccolique et plein de fraîcheur
medium_DSCN2418.jpg

medium_DSCN2419.jpg


medium_DSCN2420.jpg


Lavoir de Lanjoin

medium_DSCN2421.jpg

medium_DSCN2422.jpg


Le lavoir des Formes
medium_DSCN2424.jpg


medium_DSCN2425.jpg


Le lavoir de la Font Mansat (des Rivets)

medium_DSCN2427.jpg

medium_DSCN2428.jpg


Le lavoir de Denone
medium_DSCN2429.jpg

medium_DSCN2430.jpg


Maintenant avec ces nombreux lavoirs, voici le

RECIT d'une journée de lessive à Effiat en 1940
de Lucette Servoir

La lessive se faisait une fois par semaine, en principe le lundi. On avait une pièce ou buanderie qui servait pour faire la lessive et cuire le chaudron pour nourrir les bêtes. Il y avait souvent une grande cheminée. Avec des briques et deux fers plats, on fabriquait un foyer et cela servait de support pour faire le feu sous la lessiveuse afin de chauffer l'eau et faire bouillir le linge blanc.

Le matin, on allait chercher l'eau au puits pour la faire chauffer au feu de bois, qu'il ne fallait pas laisser s'éteindre une partie de la matinée. Sur un support en bois, on mettait le baquet à hauteur pour savonner le linge que l'on avait mis tremper dans de l'eau tiède et de la lessive. Il fallait une planche que l'on mettait dans le baquet. Elle servait à mettre les pièces de linge pour les savonner et les frotter avec une brosse de chiendent, afin que le linge soit propre.

nous restions agenouillées dans la caisse...


Ensuite, on mettait le linge à bouillir dans la lessiveuse, avec de l'eau et de la lessive. Il était disposé autour d'un champignon qui, conduisait l'eau vaporisée vers le couvercle afin qu'elle retombe en fines gouttelettes qui, en traversant le linge, le nettoyaient.

Pendant que le blanc bouillait, on frottait le linge de couleur dans l'eau du baquet ou quelques fois, dans la lessive dont on s'était servie pour le linge blanc. Puis, blanc et couleur étaient rincés au lavoir. On mettait le linge blanc dans une corbeille en osier qui lui permettait de s'égoutter et le linge couleur dans une bassine ou un seau.

Chaque maison avait une brouette légère qui servait seulement à amener la lessive au lavoir, ainsi corbeille, la bassine, la caisse avec un coussin et un sac pour se mettre sous les genoux, la brosse et le battoir.

Vers 15 heure, on partait au lavoir rincer le linge ; pendant deux heures, nous restions agenouillées dans la caisse avec souvent, les genoux trempés. Une fois le rinçage terminé, on rentrait pour le mettre à sécher sur un fil.
Une fois par mois, on passait le linge blanc au bleu. Dans un sac en toile, on mettait deux ou trois boules bleu que l'on faisait fondre dans une bassine d'eau et l'on passait le linge pour lui redonner sa blancheur. Le linge était toujours très souple sans assouplisseur !

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique