logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

06/01/2009

Usine à Gosses - Une page d'écriture 2

Il convient ensuite de procéder à la vérification des buvards.

Pour un enfant de sept ans, un buvard est un instrument qui se prête à de multiples usages. Il permet de s'essuyer les mains, d'astiquer la table, de marquer la page d'un livre. Il sert de brouillon et de planche à dessin.

medium_buvard.png



On peut aussi l'utiliser comme cache pour empêcher le voisin de copier. Ou bien, encore, on le place devant sa figure après y avoir creusé deux trous à la hauteur des yeux. De temps en temps, quand le maître n'est pas loin, on le pose sous sa main pour éviter de faire des taches.

La page d'écriture est enfin commencée. Le silence règne.

medium_écriture.gif

Boudard, Mouton, Blandin, Bourrons s'appliquent comme il se doit. Point besoin de les surveiller, ne de leur tenir la main. Leur travail sera impeccable, sauf si l'un d'eux, par extraordinaire, prend un peu trop d'encre et en remplit la boucle d'un L ou d'un B. Alors, ce sera la catastrophe.

Boudard recommencera toute sa page, sans rien dire, à moins que je ne l'en dissuade à temps. Mouton, s'arrêtera net, sortira sa gomme, son grattoir, fignolera sa besogne à l'aide d'une petite lame de rasoir et ne reprendra la suite de sa ligne qu'une fois sa lettre rectifiée. Blandin, atterré, lèvera la main et m'implorera d'un air de détresse silencieuse. Bourron, accablé par ce coup du sort, croisera les bras et laissera couler de grosses larmes sur sa page, ce qui n'arrangera nullement la situation.

Vallier tire la lange. Son nez touche son cahier et tout son être est tendu dans l'accomplissement de cette tâche sur-humaine.

Poussin est gaucher. Pour lui, écrire est toute une gymnastique. Il prend son porte-plume de la main droitre, le trempe dans l'encrier, le reprend de la main gauche et trace une lettre. Le porte-plume repasse dans la main droite et le trajet recommence.

Très méticuleux, il a compris que cette manière d'opérer, au moment du vire-voltage de l'instrument au-dessus du cahier, risquait de s'avérer dangereuse pour celui-ci. Aussi, ne prend-il qu'une goutte d'encre à la fois. Il remplit sa page en une heure quand les autres n'ont besoin que de dix minutes. Mais c'est une calligraphie impeccable.
Inutile, naturellement, d'essayer de le convaincre qu'il pourrait parfaitement utiliser le second encrier placé à sa gauche. On ne modifie pas les traditions.

Je m'arrête un instant près de lui. Il me regarde, un peu inquiet, me montre un "i" dont le point est légèrement trop haut. Il ne dit rien mais ses yeux m'interrogent.
Je l'encourage:
- C'est bien !
Il semble sceptique. Enfin, puisque j'ai l'air de m'en contenter.....

Je me penche sur Jeannou pour lui redresser la main. Il me remercie en me toussant en pleine figure : --Ke-hheu !.

Pauvre Malard ! son cahier est un vrai torchon. De place en place, on parvient à reconnaître un O ou un U. Je trace un modèle. Je lui tiens la main un instant, puis je l'abandonne. Une lettre, deux lettres informes, puis une tache.

Il a cependant fait de sérieux progrès. Au début de l'année, il lui arrivait de plonger sont porte-plume à l'envers dans l'encrier. Il l'essuyait alors sur ses mains, puis il essuyait ses mains sur ses joues.

Commentaires

le buvard !! oui , c'est comme une éponge et je m'en sers beaucoup quand je fais des notes sur le blog ... Comme disaient Bouvard et Pecuchet, c'est fort éprouvant si ce n'est éreintant ..
bon je vote pour ce blog ...il est intelligent et pédagogique ...ce qui est loin d'être le cas du mien...
mais bon ..

Écrit par : Zorg | 06/01/2009

mince , que deux votes et 195 ième ...
mais ça va s'arranger

Écrit par : Zorg | 06/01/2009

Bonsoir,

Le mot buvard est un de ces sésames qui ouvre la porte de l'imaginaire, nous fait replonger la tête dans le cartable de l'école primaire.
N'avais-tu pas ces épaisses feuilles vertes, absorbantes au possible, les seules à ne pas étaler une tache lorsqu'on pressait le buvard dessus. Rien à voir avec ces minces réclames d'épiciers ou de droguistes en buvard glacé se refusant à absorber un plein un peu trop rempli !

Mais le buvard maché, coincé le pouce et l'index, était bien supérieur au papier pour faire des boulettes précises visant le premier rang.

Quand à la table de multiplication des 7 et des 8 ( ou la récitation de Jean Richepin) copiées au crayon sur un buvard négligemment abandonné sur le pupitre, ce furent des sources d'inspiration bien utiles.

Il m'en reste quelques uns, chinés dans des brocantes, constellés d'encre violette que je regarde parfois dans la glace avec un air attendri.

Bises du grillon

Écrit par : christian | 06/01/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique